“L’institution de la liberté” – Conférence du professeur M. Fabre-Magnan

Selon le Professeur M. Fabre-Magnan, de nombreux biais existent en matière de libertés et de débat public. Ils nuisent grandement à la qualité des discussions en matière de droits fondamentaux et ont par ailleurs des conséquences liberticides. Tel est par exemple le cas des débats se résumant à un « pour » ou « contre » sans possibilité pour les participants d’exprimer une nuance. Tel est également le cas pour l’illusion selon laquelle le jeu du consentement aboutit à des conséquences acceptables en matière de libertés.
En effet, accorder aux individus la possibilité de renoncer à leurs libertés par le biais du consentement est dangereux, particulièrement au regard de l’existence d’inégalités d’ordre économique entre les individus. Si l’on prend l’exemple de la réification du corps humain, une potentielle vente d’organes par les individus se profile à l’horizon. Les défenseurs du consentement pourraient y voir quelque chose d’acceptable tant que ce dernier est respecté, mais le Professeur souligne que les inégalités économiques entre les individus amèneront de manière systématique à des situations inacceptables.
Ainsi, ceux qui vendront leurs organes seront des personnes ayant besoin d’argent et ceux qui les achèteront des personnes pouvant se permettre de dépenser de telles sommes. Le Professeur M. Fabre-Magnan souligne l’importante distinction à faire entre liberté et licence et précise que les libertés servent également à prévenir leur détenteur contre sa propre volonté si nécessaire. C’est par exemple le cas de l’indisponibilité du corps humain à laquelle un individu ne peut pas renoncer.Jean-Baptiste FILLOD